Paysage de l’espoir

Paysage de l’espoir

Initiative axée sur les arts numériques et menée par les jeunes, Paysage de l’espoir vise à les rendre autonomes en les dotant d’une culture numérique critique ainsi que d’outils informatiques qui leur permettent de créer des spectacles et des installations multimédias novateurs visant à décrire leurs expériences de la haine, de la discrimination et de l’intimidation par Internet. L’objectif de l’équipe de Paysage de l’espoir est de mettre en œuvre et d’évaluer une démarche multisectorielle viable, dirigée par les jeunes et adaptée à leur culture de manière à leur donner la possibilité de créer des récits multimédias qui traduisent fidèlement les expériences vécues par les jeunes en vue de lutter contre la discrimination.

Nous sommes financés par les Fonds de recherche du Québec (FRQ), Patrimoine Canadien et la Fondation Michaëlle Jean.

Credit: Dezy Nair

Paysage de l’espoir découle des travaux menés par le collectif multimédia Paysage de la haine et s’inscrit dans le prolongement de ces travaux.

Dans cette vidéo de 9 minutes, les membres de Paysage de l’espoir et les personnes qui y participent expliquent le concept du projet et décrivent les expériences vécues dans le cadre de ce projet.

L’équipe de Paysage de l’espoir vient de publier un guide d’évaluation des initiatives basées sur les arts et la résilience. Bien que le guide soit destiné à aider les chercheur.euse.s et les partenaires du projet à mesurer le succès et l’efficacité de leur travail, il servira d’outil pratique à toute organisation entreprenant un travail similaire à la croisée de la justice sociale, de l’éducation et des arts.

Télécharger le guide.

Ce webinaire de 43 minutes, enregistré en français le 24 novembre 2021, décrit l’évaluation des initiatives artistiques fondées sur la résilience à partir du guide.

Créé par David Hall, le logo de Paysage de l’espoir emprunte au symbole universel servant à représenter un Wi-Fi. Les deux lignes tracées à la main et la tache d’encre représentant le point habituel symbolisent la création artistique ainsi que la volonté des initiateurs du projet de se servir de l’art et de la créativité artistique des jeunes pour lutter contre le harcèlement, l’intimidation et la haine par Internet. Le fil de fer barbelé symbolise la haine qui circule dans le cyberespace, alors que les deux lignes tracées à la main servent à protéger les utilisateurs contre l’intimidation par Internet. L’art nous protège et constitue un rempart contre l’intimidation par Internet.

La forme du logo prend graduellement de l’ampleur à mesure que le regard monte, ce qui non seulement est conforme au symbole original qui représente un signal Wi-Fi se propageant vers l’extérieur, mais symbolise également les répercussions de nos actes, de notre comportement et de nos commentaires en ligne. Ce qui peut sembler anodin au départ est susceptible de prendre d’énormes proportions.

En gros, ce logo peut être vu comme un symbole englobant la mobilité, la présence dans le cyberespace, la créativité et la protection.

 

Équipe

Vivek Venkatesh, Owen Chapman, Sandra Chang-Kredl, Annabelle Brault, Martin Lalonde, Jason Wallin, Jessie Beier, Veronica Mockler, Léa Clermont-Dion, Kathryn Urbaniak, Emma June Huebner, Ashley Montgomery, Éva Roy, David Hall, Leslie Touré Kapo, Nik Forrest, Michel Poulin, Lou Raskin, Angus Tarnawsky, Maxime Brunet, Safia Boufalaas, Mairin Miller, Lucas Throw, Marilou Lyonnais A.