Nouvelles

Nouvelle recherche sur le discours entourant l’attentat féminicide de la Polytechnique

Par Laurie-Anne Beaulieu

La recherche menée au sein du Projet Someone sous la supervision de Maxime Bérubé et Vivek Venkatesh porte spécifiquement sur l’attentat antiféministe de Polytechnique. Elle s’appuie sur une méthodologie d’analyse critique du discours assisté par corpus (ACDAC) développée et utilisée par Thomas (2015) de l’Université Concordia. Le corpus à l’étude comprend une série de fils de discussions recueillis sur Reddit concernant l’attentat féminicide de la Polytechnique, survenu le 6 décembre 1989 à Montréal au Québec. L’objectif de l’étude était d’explorer les discours apparaissant dans les discussions publiques menées sur la plateforme.

L’ACDAC nous a permis de dévoiler la présence des discours portant sur la violence généralisée, le phénomène des meurtres collectifs, le contrôle des armes à feu, la psychologie du tueur, les discours ouvertement antiféministes, la présence de propos haineux et l’association de l’événement à une mouvance idéologique, tous recensés dans les médias traditionnels par Blais (2009). Cependant, nous avons également pu observer de nouvelles thématiques, propres à cette plateforme, permettant d’établir que deux types de discours supplémentaires s’y retrouvaient, soit ceux portant sur les discours haineux visant notamment l’origine du père du tueur, ainsi que sur l’association entre l’attentat Polytechnique et une mouvance idéologique incel.

Le projet contribue donc d’abord au développement des connaissances sur les propos tenus dans le cadre de discussions politiques dans l’espace numérique, et plus spécifiquement en ce qui a trait à la misogynie, à l’antiféminisme, aux propos haineux et aux liens avec les mouvements sociaux virtuels. Cette étude démontre comment ils représentent, d’une part, le reflet et l’extension virtuelle mouvante de structures sociales existantes dans le monde analogue, et de leurs impacts sociopolitiques en ligne et hors-ligne. Elle bonifie également la typologie que propose Blais (2009). En ce sens, et comme l’ACDAC le démontre, la tuerie de Polytechnique n’est qu’une plateforme de lancement parmi d’autres pour propager des discours entourant des polémiques qui existent déjà outre l’événement politique dont il est ici question. D’ailleurs, afin de favoriser la fécondité de cette nouvelle typologie et d’en permettre une réutilisation dans d’autres contextes, nous avons porté une attention particulière à présenter ces nouveaux types de discours d’une manière ne s’appliquant pas uniquement au cas d’étude. De ce fait, les découvertes de Blais (2009) et de la présente recherche peuvent éventuellement servir à analyser la manière dont on aborde d’autres attentats ou événements politiques dans les médias traditionnels et sociaux et les comparer selon les motivations politiques des tueurs, ou des cibles. Aussi, elle a le potentiel d’engendrer des retombées pratiques à des fins d’éducation sociale et d’amélioration des politiques publiques. En ce sens, elle pourrait contribuer à l’élaboration d’une démarche de sensibilisation sur la manière dont les discussions de nature polémique sont traitées dans l’espace numérique, et la façon dont certains types de discours servent à orienter les discussions subséquentes, notamment en détournant l’attention à l’égard de sujets centraux liés au contexte. Une telle recherche permet également d’avoir un regard plus objectif sur la manière dont certains événements peuvent être instrumentalisés à des fins politiques, ce qui s’avère une contribution pertinente à l’élaboration des politiques publiques sur les problématiques qui y sont associées.

Références:

Thomas, T. (2015). Analyzing Online Discourses of Canadian Citizenship: O Canada! True North, Strong, and Free? (Thèse de doctorat, Université Concordia)

Blais, M. (2009). J’haïs les féministes! Montréal, Canada : Éditions du Remue-ménage.

Nouvel article sur la pensée futuriste dans le black metal

Ne manquez pas le nouvel article de Vivek Venkatesh et Jason Wallin intitulé « “No satisfaction, no fun, no future” : Futures thinking in black metal » dans le volume 6. No. 2 de la revue Metal Music Studies.

Selon les auteurs, cet article vise à examiner le lien entre la nouvelle orientation théorique connue comme « l’accélérationnisme » et le black metal. Plus particulièrement, la façon dont ce dernier adopte des stratégies accélérationnistes de négation et d’opposition dans le but d’examiner un monde en décalage avec sa conceptualisation « normative ». Les auteurs affirment que la relation entre l’accélérationnisme et le black metal soutient une meilleure compréhension de la « pensée futuriste » du black metal en ce que chacun cultive un comportement pour dire « NON » au monde « tel quel » tout en avançant des futurs éloignés de l’ordre civilisationnel actuel et la structuration de l’être social qu’un tel ordre suppose. De plus, c’est le long de ces aspects de la résistance que le black metal désarticule le présent et crée des conditions pour penser l’avenir, même s’il contrevient à la présomption de suprématie, de préservation et de maîtrise humaines. D’ailleurs, en positionnant le black metal aux côtés de l’accélérationnisme, nous pourrions mieux comprendre la force conceptuelle et quasi théorique du black metal en tant que point de convergence artistique pour comprendre un monde envahissant de transformation inhumaine et de changement civilisationnel.

Pour consulter l’article (en anglais seulement), veuillez cliquer ici.

Couverture médiatique de PROFILAGE

 

Le 16 juin 2020, la Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO) et Vivek Venkatesh, cotitulaire de la Chaire UNESCO sur la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents (UNESCO-PREV) et directeur du Projet SOMEONE, ont lancé PROFILAGE, une trousse éducative pour s’attaquer au profilage social et racial.

La trousse vise à aider les travailleurs de première ligne tels que les intervenants communautaires, les prestataires de soins de santé, les éducateurs et la police à mieux faire connaître et comprendre le profilage racial et social afin d’aborder le problème par une approche constructive.

Depuis son lancement, les médias suivants ont couvert le projet et interviewé Vivek Venkatesh : 

 Université Concordia 

CBC Let’s Go Montreal (en anglais)  

CBC Phare Ouest Vancouver (en français)

CTV News Montréal (en anglais)

Nouvel article sur les données des médias sociaux et les sciences judiciaires

Photo : Markus Spiske

Le collaborateur de Project Someone et ancien boursier postdoctoral, Maxime Bérubé, a récemment co-rédigé un nouvel article intitulé « Social Media Forensics Applied to Assessment of Post—Critical Incident Social Reaction: The Case of the Manchester Arena Terrorist Attack 2017 » dans la revue Forensic Science International.

Les auteurs du document expliquent que les sciences judiciaires éprouvent des problèmes persistants concernant les données numériques. Ils suggèrent une solution à ce problème par l’utilisation de techniques d’apprentissage automatique, en particulier le traitement du langage naturel et la modélisation des thèmes de l’allocation de Dirichlet latente (LDA) pour étudier des données textuelles à grande échelle. Pour cette étude, les auteurs ont utilisé des messages Twitter postés dans les 24 heures suivant l’attaque terroriste du Manchester Arena en 2017. Les résultats indiquent que cette méthode améliore les outils de surveillance des médias sociaux existants.

Pour lire la publication, veuillez cliquer ici.

Vivek Venkatesh prendra la parole à la prochaine conférence d’AEC sur le racisme systémique au Canada

Vivek Venkatesh, le directeur de Projet Someone et cotitulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, participera à la conférence en ligne de l’Association d’études canadiennes intitulée Comprendre le racisme systémique au Canada : Concepts et données, qui aura lieu le 23 juin, de 11 h à 14 h 30 (HAE). La conférence sera suivie d’une période de discussion et de questions.

Pour consulter le programme, veuillez cliquer ici.

Pour vous inscrire gratuitement, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous : https://zoom.us/webinar/register/WN_gO2rk718THCoJzq88vrTTw 

Lancement de PROFILAGE : une boîte à outils pour s’attaquer au profilage social et racial

 

La Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO), et Vivek Venkatesh, cotitulaire de la Chaire UNESCO sur la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents (UNESCO-PREV) et directeur du Projet SOMEONE, annoncent le lancement de PROFILAGE, une boîte à outils éducative pour s’attaquer au profilage social et racial.

La boîte à outils, dont le but est de faire mieux connaître et comprendre le profilage racial et social pour aborder le problème par une approche constructive, s’adresse aux travailleurs de première ligne tels que les intervenants communautaires, les prestataires de soins de santé, les éducateurs et la police.

Dans un communiqué de presse conjoint, Venkatesh explique que « Nous devons inclure les voix et les récits de ceux et celles qui sont les plus marginalisés dans notre société, en misant sur des approches multipartites pour lutter contre la maladie insidieuse du profilage. La santé mentale, les services sociaux, la sécurité publique, l’activisme communautaire et l’éducation doivent travailler main dans la main pour se débarrasser de ce terrible mal social ». Sébastien Goupil, Secrétaire général de Commission canadienne pour l’UNESCO, ajoute : « L’heure n’est plus au constat, mais à l’action. Nous devons unir nos voix et nos forces pour apporter des solutions concrètes. C’est toute l’intention derrière PROFILAGE. »

La version multimédia de la boîte à outils PROFILAGE est disponible sur le site web de Projet SOMEONE : https://projectsomeone.ca/fr/profile.

Subvention du FRQSC pour un projet de Paysage de l’espoir qui lutte contre la cyberpression

Owen Chapman (chercheur principal), Sandra Chang-Kredl, Annabelle Brault et Vivek Venkatesh (codemandeurs) les collaborateurs de Project Someone et membres du Centre d’études sur l’apprentissage et la performance (CEAP), ont reçu une subvention de trois ans du Fonds de recherche du Québec société et culture (FRQSC) pour 204 610 $ dans le cadre du programme Appui à la recherche-création pour leur projet intitulé « Paysage de l’espoir: l’échantillonnage et le remixage comme moyens de renforcer la résilience face à la cyberpression. »

Paysage de l’espoir est une initiative d’art numérique unique dirigée par des jeunes qui vise à les rendre autonomes en les dotant d’une culture numérique critique, ainsi que d’outils informatiques qui leur permettent de créer des spectacles et des installations multimédias novateurs visant à décrire leurs expériences de la haine, de la discrimination la cyber intimidation.

Pour en savoir plus sur le projet de Paysage de l’espoir, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous:

https://projectsomeone.ca/fr/landscapeofhope

Prochain événement en ligne «Conversations sur la haine»

 

Bradley Galloway, un collaborateur de Projet Someone et un ancien tenant de la suprématie blanche, participera à Conversations on Hate, un prochain événement en ligne (en anglais seulement) présenté par l’Alberta Muslim Public Affairs Council (AMPAC), l’Organization for the Prevention of Violence (OPV) et l’Alberta Somali Community Centre.

Le jeudi 11 juin 2020 de 6 h à 7 h 30, heure du Pacifique, Brad Galloway, Habiba Abdulle, une dirigeante dans les communautés somalienne et noire d’Edmonton et directrice générale du Alberta Somali Community Centre, et l’imam Sheikh Navaid Aziz discuteront de la haine, de la polarisation sociale et du récent harcèlement des communautés musulmanes à Edmonton par des membres de groupes d’extrême droite. Il y aura également une séance de questions / réponses après les discussions.

Pour vous connecter à cet événement Zoom / Facebook Live, veuillez cliquer ici.

 

Le pluralisme comme moyen d’améliorer les environnements d’apprentissage en ligne

Nicole Fournier-Sylvester, co-investigatrice du projet SOMEONE et responsable de l’éducation au Centre Mondial du Pluralisme, a récemment publié un article sur les effets de la pandémie de COVID-19 sur les systèmes éducatifs, en particulier en ce qui concerne la technologie et les environnements d’apprentissage en ligne.

Dans l’article, l’auteure explore comment un cadre pluraliste peut améliorer l’accessibilité et favoriser une culture d’intégration.

Pour lire l’article (en anglais seulement), veuillez cliquer ici.

Numéro spécial de Religiologiques sur l’islamophobie

Le Projet Someone félicite notre collaborateur Abdelwahed Mekki-Berrada, professeur titulaire au département d’anthropologie de l’Université Laval, pour la direction et la récente publication d’un numéro spécial des presses de la revue Religiologiques intitulée « Islamophobie viriliste et radicalisation islamophobe ».

Pour consulter le numéro, veuillez cliquer ici.