Nouvelles

Plus d’un million de dollars d’ Affaires mondiales Canada !

Récemment, nous avons partagé des nouvelles sur les projets que nous menons avec nos partenaires libanais. Nous sommes heureux d’annoncer aujourd’hui qu’Affaires mondiales Canada a octroyé 1 051 680 $ à la chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents afin de collaborer avec Project Someone sur des initiatives au Liban en 2018-2019 de lutte contre le terrorisme.

 

Pour en savoir plus

L’atelier inaugural du projet Paysage de l’espoir : un franc succès !

 

 

Le premier atelier du nouveau projet du directeur du projet Someone et co-titulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, Vivek Venkatesh, avec son collègue Owen Chapman et d’autres collaborateurs, ont attiré un grand nombre de participant.e.s dans le cadre du festival Arctic Pride à Tromsø en Norvège.

 

 

Photos par: Alessandro Belleli

En savoir plus

 

 

Enregistrement du webinaire « La haine à l’ère de la désinformation : Leçons d’anciens extrémistes »

Vous trouverez ci-dessous l’enregistrement de notre webinaire récent intitulé « La haine à l’ère de la désinformation : Leçons d’anciens extrémistes » enregistré le 6 novembre 2018. Lors de ce webinaire interactif Brad Galloway et Marc Clairoux, deux anciens extrémistes de droite, ont discuté de leurs expériences personnelles de recrutement de jeunes sur Internet en plus d’offrir des pistes sur comment identifier des discours haineux en ligne.

Si vous avez des questions après le visionnement du webinaire ou si vous n’avez pas eu la possibilité d’y assister et que vous souhaitez communiquer avec les intervenants, voici leurs coordonnées :

Marc Clairoux 

Courriel : inksessionmarc@gmail.com

Facebook : Marc Clairoux

Site web : http://inksession.ca

 

Bradley J. Galloway 

Courriel : bgalloway777@gmail.com

Twitter : @bjgalloway1717

 

Une base de données pour analyser le discours critique assistée par corpus

Outre les ateliers organisés au Liban et le cours en ligne ouvert et massif (CLOM) « De la haine à l’espoir », le projet SOMEONE développe une base de données pour analyser de manière critique les discours en ligne sur des thèmes et sujets qui intéressent le Liban et ses voisins. Cette base de données a pour objectif de contribuer à la prise de décision et à la formulation de politiques par les chercheurs et les responsables des politiques publiques, ainsi qu’à l’action sociale, les récits contre le terrorisme et aux pratiques des praticiens et des dirigeants locaux au niveau international. La base de données augmentera la connaissance des tendances de la haine en ligne, de l’extrémisme, de la misogynie et de la violence sexospécifique et la façon dont celles-ci seront utiles pour les chercheurs, les responsables des politiques publiques, les praticiens et les dirigeants communautaires dans le contexte libanais. La base de données sera disponible en ligne au printemps 2019 pour nos partenaires et les autres parties intéressées.

La première étape du projet de base de données a été d’identifier des exemples de conversations en ligne illustrant des discours typiques sur des sujets liés aux discussions politiques, aux commentaires sociaux ou culturels, aux discussions sur les questions de genre et les droits humains, aux divertissements, etc. En collaboration avec nos partenaires au Liban, des discussions ont été repérées sur des réseaux sociaux populaires tels que YouTube, Twitter, Facebook et Reddit. Les fils de discussion identifiés ont été rassemblés, puis analysés pour extraire le contenu de la conversation, ainsi que des métadonnées telles que le sujet de la conversation, le nombre de commentaires ou de critiques positives d’un message, etc. Le résultat était deux bases de données – une en anglais et l’autre en arabe. Les chercheurs ont ensuite trouvé des fils supplémentaires sur les mêmes sujets et réseaux sociaux. La taille du corpus obtenue était maintenant prête à analyser.

L’analyse du discours critique assistée par corpus (Corpus-Assisted Critical Discourse Analysis ou CACDA) permet une analyse rigoureuse de grands volumes de données codées électroniquement en combinant des techniques généralement quantitatives de la linguistique de corpus, avec des méthodes typiquement qualitatives d’analyse du discours critique. En autres mots, cela aide à découvrir des tendances dans les discours spontanés des gens et à leur appliquer une analyse critique.

La base de données anglaise a ensuite été analysée en fonction de chaque plateforme individuelle. Celle de Reddit comptait 445 861 mots, tandis que celle de YouTube en possédait 247 184. La base de données arabe contenait des données de Facebook ainsi que YouTube et englobait 784 058 mots.

À partir de l’analyse initiale réalisée jusqu’à présent, les chercheurs ont identifié près de 50 mots qui apparaissent fréquemment et qui présentent également une signification statistique en termes d’indice logDice. Certains de ces mots (de même que leurs variations) sont : réfugiés, immigrés, femmes, Amérique, Hezbollah, haine, musulman, juif.

Les mots-clés identifiés coïncident de manière significative avec des mots qui constitueront la base du prochain cycle d’analyse. Un échantillon de ces collocations sont : réfugié … crise, femmes … droits, illégal … immigrants, juifs … haine, Hezbollah … missile, libanais… armée, terroriste… Amérique, etc.

Cette capture d’écran montre une esquisse du mot Onsuriyye, « préjudice ». Les nombres en noir sont les valeurs de logDice associées aux collocations respectives (mots).

La prochaine phase comprendra une analyse qualitative détaillée afin d’examiner les contextes précis dans lesquels ces collocations se produisent. Chacune de celles-ci sera étudiée dans le cadre du sujet et de la plateforme de sa provenance. Le but de ce projet est qu’une étude de ce genre offre un aperçu de la manière dont ces mots ont été utilisés dans les discussions relatives au Liban au cours de la dernière l’année.

Ce projet a été subventionné par Affaires mondiales Canada (2018-2019).

Pour en savoir plus sur notre travail avec nos partenaires au Liban, cliquez ici et ici.

Pour en savoir plus sur l’approche CADCA, voir le projet Préjugés du Jour de Tieja Thomas sur le site de Someone. Ce projet a examiné comment les enjeux liés à la citoyenneté canadienne, à l’identité et à l’appartenance culturelle sont compris et discutés parmi les citoyens canadiens dans des environnements numériques. Concrètement, le projet s’est servi de conversations Reddit sur la Charte des valeurs proposée par le Québec afin de comprendre comment des phénomènes sociopolitiques tels que la haine, la violence et l’oppression se manifestent et se négocient en ligne.

Nouveau cours en ligne ouvert et massif (CLOM) « De la haine à l’espoir »

Dans le cadre de notre travail avec nos partenaires libanais, Project Someone a mis au point « De la haine à l’espoir : cultiver la compréhension et les capacités de résilience », un cours en ligne ouvert et massif (CLOM) trilingue, interactif et sans crédit.

Les participants au CLOM vont :

  • Explorer la dynamique de la haine, y compris la manière dont les gens sont manipulés pour ressentir et exprimer la haine.
  • Apprendre par le dialogue, des stratégies pour renforcer la résilience à la haine.
  • Intégrer les meilleures pratiques d’utilisation des médias sociaux pour le plaidoyer.
  • Analyser et développer des stratégies d’utilisation des médias sociaux pour renforcer la résilience dans différents secteurs.

« De la haine à l’espoir » sera mis à l’essai en janvier 2019 et sera disponible en anglais, français et arabe en mars 2019.

Les coprésidents de l’UNESCO pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent – David Morin, Ghayda Hassan et Vivek Venkatesh. Une image de la vidéo d’introduction du CLOM.

Les quatre modules du CLOM sont intitulés comme suit :

  • Comprendre le discours haineux en ligne
  • Renforcer la résilience à travers l’éducation à la citoyenneté numérique
  • Renforcer la résilience à l’aide du dialogue
  • Médias sociaux pour le plaidoyer

 Conçu pour différentes parties prenantes de la communauté, ce CLOM aborde directement les problèmes liés à la haine et à la radicalisation. En commençant par une exploration de la distinction entre le discours haineux et la liberté d’expression, le contenu passe ensuite à la manière dont les médias sociaux peuvent être utilisés à la fois pour propager et défier les messages haineux. Ce CLOM se distingue par son intégration de multiples voix et perspectives sur ces enjeux. Il aborde également des sujets d’actualité tels que les fausses nouvelles, les bulles de filtres et les tactiques utilisées par les groupes haineux, lesquelles sont analysées à l’aide d’exemples. D’une plus grande importance sont les solutions tangibles présentées pour la prévention, la résilience et le plaidoyer, en ligne et hors ligne, tout en appelant chaque participant à faire la différence dans son milieu. Chaque module offre une richesse de connaissances variées, actuelles et exploitables, des échanges entre pairs, ainsi que des exercices interactifs, dont certains en ligne, à l’aide du hashtag #AmalEspoirHope.

Le CLOM contribuera à la politique et à la prise de décision parmi les responsables des politiques publiques, les leaders communautaires, les défenseurs des droits des femmes et les établissements d’enseignement supérieur représentés par leurs organisations partenaires libanaises, en contribuant notamment à la création d’institutions plus performantes et inclusives.

Pour en savoir plus sur notre travail avec nos partenaires au Liban, cliquez ici et ici.

Ce projet a été subventionné par Affaires mondiales Canada (2018-2019).

Hate in an Era of Misinformation : nouvelle collaboration avec HabiloMédias

Notre plus récente collaboration avec HabiloMédias prend la forme d’un webinaire interactif avec la participation de deux anciens extrémistes de la droite, Brad Galloway et Marc Clairoux. Durant Hate in an Era of Misinformation, nos invités discuteront de leurs expériences personnelles de recrutement de jeunes sur Internet en plus d’offrir des pistes sur comment identifier des discours haineux en ligne.

 

 

 

 

Projet Someone au Liban : un aperçu

Le projet SOMEONE au Liban a pour objectif principal la prévention de la haine sur les plateformes des médias sociaux. À partir des 11 projets développés par des praticiens de la recherche collaborative, nous proposons à la communauté civique libanaise une variété d’activités en lien avec le programme scolaire visant à ouvrir le dialogue sur la compréhension et le renforcement de la résistance face aux discours de haine. Ce faisant, SOMEONE adapte ces projets pour mieux répondre aux besoins de la communauté avec laquelle nous travaillons.

Depuis le mois d’avril 2018, nous avons établi un partenariat avec cinq ONG libanaises locales représentant divers groupes minoritaires. Ceux-ci incluent des personnes ayant des besoins spéciaux (Youth Association of the Blind and the Inclusion Network) [Association de la jeunesse des aveugles et du Réseau d’inclusion], des femmes (Collective for Research and Training Development Action) [Collectif pour la recherche et l’action en faveur du développement], des réfugiés syriens (Basmeh et Zeitooneh), des réfugiés palestiniens (Fondation des Médias Majed Abu Sharar) et les jeunes en milieu scolaire de la prématernelle à la 12ième année du secondaire représentés par Heritage College.

Les ateliers portent principalement sur les compétences d’alphabétisation numérique et la pédagogie sociale dans le but de solidifier les capacités et de favoriser l’autonomisation dans les communautés libanaises. Après une évaluation rigoureuse des besoins, la contextualisation de tous les ateliers SOMEONE a été considérée comme un élément clé de ces interventions. Ce dernier implique la participation active de responsables d’organisations non gouvernementales, de co-concepteurs et de co-facilitateurs issus du tissu de la communauté libanaise dans l’élaboration, la mise en œuvre et la contextualisation de tout le matériel d’atelier. Le suivi de cette stratégie garantit que les voix des minorités soient entendues dans les études de cas et les récits locaux avec lesquels les participants pourront facilement s’identifier.

Il existe localement au Liban 4 types d’ateliers, dont 16 au total. Le premier type cible les enseignants et s’intitule Citoyens numériques de demain. Cinq ateliers ont eu lieu de juillet à la mi-octobre 2018, réunissant un total de 86 enseignants qui ont un impact sur les parties prenantes secondaires dans les écoles du Liban. Le deuxième type d’atelier, destiné aux travailleurs sociaux, s’intitule Autonomisation numérique. Quatre ateliers ont eu lieu en septembre et octobre avec la participation totale de 83 travailleurs sociaux. Le troisième type d’atelier, intitulé Les médias en ligne et le penseur critique, s’adresse aux activistes des médias sociaux et aux futurs journalistes. Six ateliers sont prévus en octobre et novembre 2018, dont le premier de cette série a déjà été complété avec 29 participants. Nous anticipons toucher environ 150 jeunes militants d’ici la fin novembre. En tout dernier, nous avons organisé un atelier du quatrième type en octobre intitulé Web 2.0 : une plate-forme pour la paix (et non la haine) pour 25 professeurs d’université.Selon les évaluations réalisées à ce jour, les ateliers ont connu un succès retentissant. De plus, les participants ont souligné le besoin d’organiser des ateliers approfondis sur les questions abordées. De nombreux participants ont indiqué qu’il s’agissait du premier atelier de ce genre auquel ils ont participé au Liban. Ils ont particulièrement apprécié la nouveauté du sujet, les aspects interactifs des sessions et le partage d’expériences, tout en bénéficiant grandement de l’intelligence collective du groupe afin de trouver de différents moyens de lutter contre la haine en ligne.

Nous administrons des épreuves préliminaires et postérieures afin d’évaluer les résultats des ateliers et mesurer les compétences acquises par les participants. Nous avons également fait des évaluations à la fin des deux premiers jours de ceux-ci dans le but de sonder les réactions des participants. En fonction des résultats de celles-ci, nous formulerons des recommandations pour prévenir la haine en ligne grâce à un engagement direct avec les communautés libanaises.

Nous évaluerons également l’impact de nos formations sur les parties prenantes secondaires au cours du premier trimestre de 2019. Cette phase d’évaluation sera planifiée conjointement avec les partenaires libanais au cours des séjours de novembre et décembre 2018, au Liban.

Pour en savoir plus sur notre travail avec nos partenaires au Liban, cliquez ici et ici.

Ce projet a été subventionné par Affaires mondiales Canada (2018-2019).

Tous crédits d’image : Vahan Saghdejian 

Paysage de l’espoir: premier spectacle!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier spectacle du Paysage de l’espoir prendra place le 7 novembre, 2018 à Tromsø, Norvège. Le spectacle sera mené par Vivek Venkatesh, directeur de Project Someone et le co-titulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, avec Owen Chapman. Ils auront aussi des collaborateurs de Arctic PrideTVIBIT and Nordnorsk Kunstmuseum.

Le 5 novembre, avant le spectacle, il y aura un atelier interactif sur l’art numérique avec des jeunes âgés entre 17 et 24 ans. 

Enregistrer ici pour l’atelier. Cliquer ici pour savoir plus sur l’atelier, et ici pour l’événement.

Nouvelle publication expliquant la propagande diffusée par ISIS au travers de leurs vidéos

 

 

 

Directeur de Project Someone, du Centre d’études sur l’apprentissage et la performance à l’université Concordia et co-titulaire de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents, Vivek Venkatesh, avec ses colleagues, présent leur examination des aspects de la propagande diffusées par ISIS au travers leurs vidéos. D’autres co-auteur(e)s qui sont membres de Project Someone aussi: Jeffrey Podoshen, Jason Wallin et Jihan Rabah.

Cliquer ici pour voir le texte intégral de l’article.  

 

 

 

 

 

 

 

Project Someone au Liban

Nous sommes ravi.e.s de collaborer avec Heritage School à Beyrouth, afin de célébrer les enseignantes qui éduquent les futures générations du Liban et d’accroître les capacités de résilience face au discours de haine et à la radicalisation dans les écoles libanaises.

Cliquer ici pour en savoir plus

Photo par: Vahan Saghdejian