À propos

projets
participants engagés
pays dans lesquels nous avons travaillé
visiteurs Web individuels​

Mission

Projet Someone œuvre pour sensibiliser et créer des espaces de dialogue pluraliste et lutte contre la discrimination et la cyberhaine. Nos ressources multimédias, installations artistiques, formations et programmes visent à prévenir les discours haineux et à renforcer la résilience face à la radicalisation qui mène à l’extrémisme violent.

Vue d’ensemble

  • Portail Web créé en mai 2016 avec onze différents projets multimédias, pédagogiques et d’engagement public axés sur la pensée critique, les compétences informationnelles et la pédagogie sociale. 8 projets additionnels ajoutés depuis 2018.
  • Formation d’intervenants clés issus de différents secteurs : écoles, sécurité publique, justice pénale, ONG et services sociaux. Nous avons rencontré plus de 19 300 participants lors d’ateliers et d’activités d’engagement public organisés au Canada, aux États-Unis, en Belgique, en Allemagne, en France, en Norvège, en Suède, en Finlande, au Danemark, en Islande, en Tunisie, au Maroc, et au Liban.
  • Plus de 96 000 visites entre mai 2016 et juin 2020 ainsi que 25 600 visiteurs individuels de 153 pays
  • Obtention d’un financement de 5,8 millions de dollars du gouvernement, de fondations privées et d’agences internationales depuis 2014

En 2018, nous avons travaillé avec plus de 40 enseignants, artistes et jeunes norvégiens pour créer des récits médiatiques décrivant des histoires contextualisées au sujet du racisme et de la discrimination. Ceux-ci ont ensuite été présentés à plus de 5000 membres du public au prestigieux festival de musique Festspillene i Bergen.

En 2018-2019, notre équipe au Liban a travaillé avec plus de 300 membres d’ONG, d’universités, de fondations médiatiques et de groupes de défense des droits de l’homme afin d’adapter, co-créer et mettre en œuvre un programme d’alphabétisation numérique qui permet aux populations marginalisées telles que les jeunes réfugiés de construire des relations prosociales et positives avec les jeunes libanais des communautés d’accueil.

En 2019, l’équipe du Projet SOMEONE a co-créé des interventions à base de documentaires pour promouvoir des dialogues pluralistes avec les communautés autochtones du Lac Simon ainsi que les groupes minoritaires situés à Montréal au Québec, Canada.

En 2020, notre cours en ligne ouvert et massif De la haine à l’espoir a fait ses débuts avec plus de 550 participants de 55 pays.

Notre initiative la plus récente, Paysage de l’espoir, explore les limites de l’inclusion des communautés marginalisées en créant des espaces artistiques exclusifs pour leur permettre de projeter leurs récits uniques. Paysage de l’espoir est un projet de prévention primaire qui a créé des installations artistiques au Canada, en Islande et en Norvège avec plus de 600 participants et qui vise à doter les jeunes des compétences essentielles en littératie numérique pour créer des récits médiatiques alternatifs afin d’accroître la résilience face à la discrimination. (https://projectsomeone.ca/fr/landscapeofhope)

Inspiration

Projet SOMEONE incarne le pluralisme à travers la co-création et la promotion durable d’espaces de dialogue afin d’accroitre la résilience et la tolérance des communautés. Nous magnifions les récits de certaines des sections les plus marginalisées de la société, notamment les communautés noires, autochtones et LGBTQ2I +, les minorités religieuses, les réfugiés et diverses personnes de couleur. Nos équipes sont multidisciplinaires, culturellement adaptées et dotées d’expertises en politique publique, psychiatrie, thérapie, éducation aux médias, théologie et éducation. Nos outils sont encadrés par des principes de pédagogie sociale qui encouragent divers membres du public à adopter des médias mobiles, sociaux et numériques de façon inclusive.

Le projet SOMEONE supprime les hiérarchies de connaissances et de pouvoir en créant des solutions axées sur la communauté face aux questions polémiques, notamment la misogynie, la discrimination systémique, le profilage et le racisme. Grâce à la conservation minutieuse d’analyses des médias sociaux et de plates-formes de dialogue, l’équipe aide les parties prenantes à réfléchir soigneusement à leurs propres situations privilégiées, à développer de l’empathie et à prendre en compte les points de vue des autres marginalisés. Il assure la durabilité de ces initiatives communautaires en réorientant les programmes de justice sociale pour accroitre le leadership parmi les membres marginalisés de la société canadienne et en proposant et en évaluant des solutions aux problèmes de longue date associés à la polarisation sociale. En résumé, son innovation repose sur des approches méthodologiques rigoureuses de l’engagement du public et est donc culturellement adaptée pour cibler divers jeunes, écoles et membres de la communauté, ainsi que le personnel des politiques publiques, de la justice pénale et de la sécurité publique.

Leadership

Le projet SOMEONE garantit l’accès aux ressources liées à la promotion de multiples façons de savoir et de faire organisées dans des bases de données pédagogiques et médiatiques. Nous créons des occasions d’apprentissage uniques pour comprendre les principes humanistes et l’égalité, promouvoir le dialogue interculturel, encourager la créativité et les différences artistiques, et favoriser une éducation de qualité avec la participation directe de groupes culturellement et socialement divers.

Le projet SOMEONE est un leader dans l’inclusion de tous les participants et publics sans distinction d’âge, de sexe, de handicap, de race, d’ethnie, d’origine, de religion ou de statut économique grâce à une meilleure accessibilité aux ressources culturelles, à l’implication directe et à la participation du public — dans les communautés autochtones en particulier — dans les processus de co-création. Le Projet a comme mission de fournir des ressources technologiques (par exemple, des cours en ligne ouverts et des bases de données d’analyse linguistique) qui permettent au public de voir et d’entendre les voix marginalisées et de comprendre comment les conversations publiques façonnent les perceptions. Il promeut des communautés pacifiques et inclusives en ligne et hors ligne en offrant des instructions claires et guidées sur la meilleure façon de protéger les libertés fondamentales, et la meilleure façon d’éviter les comportements persistants antisociaux, préjudiciables, racistes et négatifs.