Aiguisez votre esprit critique!

La présente initiative repose sur les observations de professeurs de cégep et d’université qui ont tiré profit du site www.newsactivist.com afin d’animer des conversations sur divers enjeux sociaux ou politiques. Outre des stratégies concrètes, notre projet inclut des exercices, des bulletins et un guide de l’animateur. Des plus utiles à ceux et celles qui souhaitent susciter le dialogue chez les jeunes, il favorise – dans le cadre de cyberéchanges – le développement des aptitudes à la réflexion critique de ces derniers.

Nicole Fournier-Sylvester présente son projet, intitulé « Aiguisez votre esprit critique!». Elle aborde les thèmes du discours haineux, de la liberté d’expression et de la pensée critique.

Directives

Aperçu

Une stratégie importante pour contrer le discours haineux consiste à travailler avec les jeunes afin de développer leur aptitude à la réflexion critique, en particulier dans leurs échanges quotidiens sur les plateformes de médias sociaux. En effet, les jeunes qui savent reconnaître les techniques de propagande et de manipulation sont plus aptes à évaluer un argument et à participer à des discussions enrichissantes. Fondés sur les observations de professeurs de cégep et d’université qui ont tiré profit du site www.newsactivist.com, les exercices, bulletins et exemples d’intervention fournis dans le présent document apportent des stratégies concrètes pour aiguiser l’esprit critique des étudiants au moyen de discussions en ligne. Les commentaires dans les encadrés visent à encourager la rétroaction ainsi que l’échange d’idées et de ressources entre enseignants de même sensibilité.

Pourquoi utiliser un forum de discussion en ligne pour aiguiser la pensée critique des apprenants? Ce type de plateforme :

  • donne le temps de réfléchir avant d’engager la discussion;
  • aide à mettre l’accent sur les arguments au lieu des personnes;
  • permet des échanges semblables aux discussions qui ont lieu dans les médias sociaux, ce qui facilite le transfert des compétences en réflexion critique dans les réseaux sociaux;
  • permet aux enseignants et aux étudiants de voir se dérouler la discussion et d’en évaluer l’évolution;
  • peut servir à développer la littératie numérique et les compétences citoyennes.

Il existe de nombreuses plateformes spécialement conçues pour mettre en réseau des étudiants et des groupes-classes du monde entier, ce qui les expose à un large éventail de points de vue et d’idées.

1. Prenez le temps de présenter la plateforme à vos étudiants.

Tous les enseignants qui ont tenté d’intégrer dans leur programme des forums de discussion en ligne vous le diront : vous devez en tout premier lieu tenir compte du fait que vos étudiants ne sont pas nécessairement aussi technophiles que vous pourriez le croire. Il est donc essentiel de prendre le temps de leur présenter la plateforme de votre choix. Ainsi, avant de faire participer les élèves à une discussion, vous pourriez leur donner un travail préparatoire (annexe 1). Ils y seront appelés à s’enregistrer et à explorer le site, le but étant de les amener à se familiariser avec les fonctions de navigation et les aspects techniques du système. En laissant les étudiants prendre le temps de découvrir les fils de discussion et la meilleure marche à suivre, vous leur permettez de réfléchir sur les façons de partager leurs idées en ligne.

Réflexion : Quelles plateformes avez-vous essayées? Lesquelles ont bien fonctionné?

2. Chargez les étudiants d’établir des normes de communication en ligne.

La création d’un espace en ligne où les étudiants se sentent à l’aise de débattre requiert de leur part le respect de certaines règles. Or, l’élaboration de ces règles peut être envisagée en elle‑même comme une stratégie de développement de l’esprit critique et des compétences en matière de citoyenneté numérique.

EXEMPLE D’EXERCICE SUR L’ÉLABORATION DE NORMES DE COMMUNICATION

Demandez aux étudiants de réfléchir aux questions ci-dessous, soit par écrit ou dans le cadre d’une discussion.

  1. À votre avis, sur quels aspects le dialogue en ligne diffère-t-il d’une discussion en classe? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque approche?
  2. Qu’attendez-vous du groupe et de vous-même pour participer efficacement au dialogue? En d’autres mots, de quoi avez-vous besoin pour vous sentir plus à l’aise de partager vos réflexions et vos expériences avec autrui ou de lire les propos parfois difficiles ou troublants de vos camarades? 1

En petits groupes, demandez aux étudiants d’élaborer trois « normes de communication » qui contribueraient à faciliter le processus de discussion.

EXEMPLES : 

  • Ne jamais commenter la langue, l’orthographe ou la syntaxe*.
  • Toujours cibler les propos, et non la personne.
  • Commencer par une remarque positive avant d’émettre une critique.

Les normes de communication peuvent aussi encadrer la manière d’exprimer des émotions. Par exemple, elles peuvent conseiller l’usage de symboles ou de binettes particuliers, ou encore interdire les mots ou les textes tout en majuscules.

Une fois que les étudiants se sont entendus sur les règles à suivre, ils doivent s’engager à les respecter. Au moment de choisir un cyberespace de discussion, on recommande de vérifier si la plateforme en question permet de signaler – au moyen de drapeaux – les commentaires inappropriés ou qui ne respectent pas les normes. Toutefois, un commentaire marqué d’un drapeau ne devrait pas être considéré comme un problème, mais plutôt comme une occasion d’approfondir la discussion. Ainsi, en présentant un commentaire controversé aux étudiants et en leur demandant d’évaluer la possibilité de le retirer, il devient possible d’élargir la discussion de manière à aborder les sujets de l’intimidation, de la liberté d’expression et de la citoyenneté numérique.

Réflexion : Croyez-vous qu’il devrait y avoir des normes de communication? Quels types de règles ou de symboles vos étudiants ont-ils proposés?

Show 1 footnote

  1.  Ximena Zuniga, Dialogue: Social Issues in Intergroup Dialogue- Exploring Social/Cultural Differences and Common Ground (Course Outline, 2014), 10.

3. Avant d’engager la discussion, initiez les étudiants aux aptitudes nécessaires pour évaluer les arguments et les sources en ligne.

La réflexion critique consiste à s’interroger de façon systématique et renseignée sur l’information et les arguments qui nous sont présentés, et à en faire une analyse approfondie.1 Les questions à se poser concernent la légitimité de la source, la structure de l’argument et la preuve fournie. En amenant les étudiants à repérer les erreurs courantes de raisonnement (appendix 2 pdf)2, par exemple, on les prépare à reconnaître les arguments faibles ou manipulateurs. 

EXEMPLES D’EXERCICE D’INTRODUCTION À LA RÉFLEXION CRITIQUE

1er exercice:

Lire:

  1. Crap Detection 101 (« détecter les conneries 101 »)3
  2. Assessing the Credibility of Online Sources

Répondre:

  1. Selon vos lectures, qu’est-ce qu’on entend par « conneries »?
  2. Quelles sont les principales questions à garder en tête au moment d’évaluer un site?
  3. Évaluez le site http://www.martinlutherking.org en fonction des lignes directrices énoncées dans vos lectures.

2e exercice:

  1. Lisez le document fourni sur les faux raisonnements (appendix 2 pdf)
  2. Choisissez un média social et repérez-y trois faux raisonnements.

Réflexion : Comment abordez-vous la notion de réflexion critique avec vos étudiants? Avez-vous des sites ou des stratégies à suggérer?

Show 3 footnotes

  1.  Alec Fisher and David Scriven. Critical Thinking: Its Definition and Assessment (England: Centre for Research in Critical Thinking , 1997), 21.
  2.  Cherri Porter. “Handout on Fallacies,”  http://www.cherriporter.com/docs/fallacy%20handout.pdf
  3.  Howard Rheingold, June 30, 2009 (3:12 p.m.), “Crap Detection 101,” http://blog.sfgate.com/rheingold/2009/06/30/crap-detection-101/

4. Autant que possible, laissez les étudiants décider des sujets de discussion.

Les étudiants seront plus motivés s’ils choisissent leurs propres sujets. On peut par exemple les orienter vers des sites de nouvelles, puis les faire voter sur les thèmes dont ils souhaitent discuter. Divers outils de sondage offerts gratuitement sur le Web peuvent être utilisés à cette fin – vous les trouverez à http://www.freetech4teachers.com/2012/02/11-web-based-polling-and-survey-tools.html#.VUEa4lZ-E3R.

Réflexion : Quels types de sujets vos étudiants choisissent-ils? Comment s’y prennent-ils pour faire leur choix?

5. Énoncez des attentes claires sur les interactions entre les étudiants et la note qui leur sera accordée.

Comme l’ont fait remarquer de nombreux enseignants, la participation à des discussions en ligne et hors ligne n’améliore pas nécessairement la réflexion critique. Vous devez faire appel aux habiletés supérieures des étudiants en la matière… Mais, comment s’y prendre?

Premièrement, la recherche montre que, à moins de noter les discussions en ligne, l’exercice ne sera pas pris au sérieux par les étudiants. 

Deuxièmement, vous devez énoncer des attentes claires à l’égard du type d’interaction que vous souhaitez les voir entretenir. Ainsi, vous pouvez proposer aux étudiants un cadre de travail pour l’évaluation de la qualité de leurs interactions (annexe 3).

EXEMPLE DE STRATÉGIE VISANT À STIMULER LES CAPACITÉS DE RÉFLEXION D’ORDRE SUPÉRIEUR CHEZ LES ÉTUDIANTS

Demandez aux étudiants d’étiqueter leurs commentaires comme suit :

  • Discuter pour comprendre: signifie que les commentaires de l’élève servent à interpréter ou à faire des liens avec les notions apprises précédemment.
  • Discuter pour critiquer: exige un examen attentif des différents points de vue exprimés afin de les enrichir, d’y ajouter de nouveaux éléments ou de remettre en question des idées.
  • Discuter pour accroître les connaissances: nécessite un effort de négociation, une comparaison et une mise en contraste des opinions, une interrogation et parfois, un réexamen de sa pensée.
  • Discuter pour partager les acquis: suppose une synthèse des apprentissages personnels et l’expression d’une compréhension améliorée à la lumière d’une relecture du fil de discussion.

Afin d’encourager les interactions, vous pouvez inclure dans la description du travail à faire (annexe 4) une précision selon laquelle les étudiants doivent commenter les publications d’autrui et rechercher activement celles qui n’ont pas encore suscité de réaction. Vous pouvez également demander que toutes les publications affichées se terminent par une question pour qu’ainsi la conversation puisse se poursuivre.

6. Fournissez une définition claire de votre rôle.

Il importe en outre de fournir une description claire de votre rôle dans les discussions en ligne. Comme les étudiants ne vous y voient pas, ils peuvent se demander si vous lisez vraiment leurs commentaires. Beaucoup d’enseignants disent ne pas savoir exactement quelle fonction assumer dans les discussions. Or, vous pouvez choisir de vous impliquer de diverses façons. Vous et vos étudiants saurez mieux à quoi vous attendre si vous établissez clairement votre propre rôle.

EXEMPLE DE DESCRIPTION DU RÔLE DE L’ENSEIGNANT DANS LES DISCUSSIONS EN LIGNE

  • Je lirai toutes les publications, mais ne répondrai pas à chacune individuellement. Plutôt, je partagerai de l’information, formulerai des commentaires et poserai des questions à l’ensemble du groupe.
  • À la « fin » de chaque conversation, j’en publierai un résumé.
  • Au moyen des outils fournis sur la plateforme, j’inscrirai une note pour vos contributions au forum à la mi-parcours, et une autre à la fin du trimestre.

7. Posez des questions exploratoires.

Bien qu’il y ait beaucoup de débats à ce sujet, on reconnaît en général que l’enseignant doit manifester sa présence en ligne 1. Sans toutefois contrôler la conversation, il est important de stimuler le développement des capacités de réflexion d’ordre supérieur des étudiants en leur fournissant un modèle conforme à vos attentes et en intervenant au besoin. En tant que modérateur, vous pouvez afficher des questions pour aider les étudiants à cheminer dans leur réflexion, tant sur le plan individuel que collectif.

EXEMPLES DE QUESTIONS DESTINÉES À POUSSER LA DISCUSSION

Motif d’apprentissage Questionnement socratique

Clarification des explications

Que voulez-vous dire par…?  Donnez-moi d’autres exemples de…  Comment cette idée se compare-t-elle OU entre-t-elle en opposition avec…?  Quels sont les avantages et les inconvénients possibles liés à…?
Remise en cause d’hypothèses Quels autres facteurs pourraient expliquer cet état de choses?  Sur quelles hypothèses repose cette affirmation?
Exploration de preuves additionnelles Comment pouvons-nous en savoir plus sur le sujet?  En quoi cela est-il lié aux concepts dont nous avons discuté précédemment?  Quelle preuve supplémentaire pouvez-vous apporter pour soutenir ou réfuter cette idée?
Perspectives multiples Que dirait une personne en désaccord avec ce point de vue?  Quelles en sont les répercussions sur le plan culturel?
Conséquences en situation réelle Quelles sont les implications ou les retombées possibles de cette situation? Quel en serait un exemple en situation réelle?
Processus d’autoréflexion Pourquoi cet enjeu est-il important? Pourquoi est-il important d’en savoir plus sur le sujet? Quels autres aspects souhaiteriez-vous explorer? 

Réflexion : Dans quelle mesure participez-vous aux discussions en ligne? Quelles stratégies proposeriez-vous?

Show 1 footnote

  1. George Collison, Bonnie Elbaum, Sarah Haavind and Robert Tinker, Facilitating Online Learning: Effective Strategies for Moderators (Madison WI: Atwood Publishing, 2000).

8. Concluez en faisant un retour sur le processus.

L’attribution aux étudiants d’une tâche finale consistant à réfléchir sur leur participation et l’évolution de leur pensée renforcera leurs compétences métacognitives. Ainsi, vous pouvez leur demander d’analyser les discussions et d’indiquer celles qui leur ont paru les plus fructueuses, et pour quelles raisons. Les étudiants peuvent aussi mener une analyse de leurs propres réseaux en ligne afin d’évaluer dans quelle mesure les participants semblent user de pensée critique.

Conclusion

Savoir faire preuve d’esprit critique lorsqu’on navigue sur le Web et qu’on participe à des discussions dans les médias sociaux s’impose de plus en plus comme une compétence citoyenne essentielle. S’ils acquièrent les compétences voulues pour discuter de questions sociales ou politiques de manière enrichissante, les étudiants seront plus aptes à faire échec au dialogue haineux et à désamorcer les conflits, ce qui favorisera une plus grande tolérance et une meilleure compréhension.

Réflexion : Quelles lignes directrices ou ressources sur la pensée critique et les forums de discussion en ligne souhaiteriez-vous partager?

Créateur

Nicole Fournier-Sylvester PhD

Nicole Fournier-Sylvester est un professeur des sciences humaines au Collège Champlain Saint-Lambert et a un doctorat en éducation de l'Université Concordia.

Téléchargements

Articles

From the Chat Room To the Voting Booth: The Potential of Using Online Discussion Forums to Develop Civic Skills

Fournier-Sylvester, N. (2014). From the chat room to the voting booth: The potential of using online discussion forums to develop civic skills. Citizenship Education Research Network.

Abstract

Since the 1990s globally networked learning environments (GNLEs) have emerged as pathways for dialogue between students from around the world. Although it was initially hoped that bringing diverse populations together online would naturally foster the inclusion of disparate voices and viewpoints, it is now widely acknowledged that online communications may just as easily reinforce pre-existing social arrangements as challenge them.  Grounded in the assumption that dialogue which is meant to serve civic and peace-building ends must acknowledge and work to transform inequalities, this article provides an overview of the theoretical and empirical literature on facilitated intergroup/intercultural online dialogue in educational contexts as well as the issues surrounding power and inclusivity in digital and dialogical settings. Recommendations emerging  from the literature regarding inclusive design features and the shifting parameters of what it means to be a teacher  in these contexts will also be addressed as well as transformative potential of GNLEs for intercultural communication and social justice education.

Presentation

Global dialogues through educational technologies: A critical literature review of current practices and their transformative potential.

The International Academic Forum, Hawaiian Conference Series, Hawaii Convention Center, Honolulu, Hawaii, January 11, 2016.

 Conference proceedings abstract

Since the 1990s globally networked learning environments (GNLEs) have emerged as pathways for dialogue between students from around the world. Although it was initially hoped that bringing diverse populations together online would naturally foster the inclusion of disparate voices and viewpoints, it is now widely acknowledged that online communications may just as easily reinforce pre-existing social arrangements as challenge them.  Grounded in the assumption that dialogue which is meant to serve civic and peace-building ends must acknowledge and work to transform inequalities, this article provides an overview of the theoretical and empirical literature on facilitated intergroup/intercultural online dialogue in educational contexts as well as the issues surrounding power and inclusivity in digital and dialogical settings. Recommendations emerging  from the literature regarding inclusive design features and the shifting parameters of what it means to be a teacher  in these contexts will also be addressed as well as transformative potential of GNLEs for intercultural communication and social justice education.

Social Media, Hate Speech, and Citizenship Education in Canada

Paper presented at the meeting of the Canadian Society for the Study of Education, Ottawa, ON.

 R. McGray, N. Fournier-Sylvester, T. Thomas, S. Das, K. Urbaniak, V. Venkatesh, & J. Rabah.

 Abstract

This presentation seeks to address the connection between citizenship education in Canada and the phenomenon of hate speech in social media. To do so, the presentation will report on initial findings of the Project SOMEONE (SOcial Media EducatiON Everyday) research program, which is aimed at developing curricula for learning across the lifespan to prevent and combat hate appearing in online environments. This interdisciplinary research project seeks to understand how educational technologies, specifically social media, can be coupled with theories of citizenship and peace education in order to raise consciousness around contentious socio-political issues. This project aims to equip Canadians with the competences necessary to recognize and act against online hate, providing them with curricular material and associated pedagogical strategies that support healthy communication, foster powerful learning spaces, and engage communities in productive public discussion. Likewise, this research aims to identify how Canadians participate in online communities that foster citizenship in the face of adversity and how the evolving field of social media acts to enable or constrain resilience. Discussants include experts from the fields of Citizenship and Peace Education, Educational Technology, Critical Media Studies, Art Education, Marketing, Sociology, and Computer Science.