Nouvelles

Paysage de la haine en spectacle lors de la conférence de l’Association of Internet Researchers à Montréal

Paysage de la haine sera en spectacle chez O Patro Vys le 12 octobre, 2018 lors d’un événement spécial de l’Association of Internet Researchers organisé au sein de leur conférence annuelle. Hard Red Spring et DJ Ouroboros seront en spectacle aussi.

 

Bienvenue, Danny Mamlok PhD

Danny Mamlok (Ph. D.) s’est récemment joint à l’équipe du projet SOMEONE de l’Université Concordia à titre de chercheur postdoctoral. M. Mamlok travaillera aux côtés de Sandra Chang-Kredl (Ph. D.) du Département des sciences de l’éducation et de Vivek Venkatesh (Ph. D.) du Département d’éducation artistique, directeur du projet SOMEONE. Cette initiative a pour principal objectif de mieux comprendre la relation qu’entretiennent les enfants avec les médias sociaux au regard du discours haineux.

 

Mamlok est titulaire d’un doctorat en leadership, culture et programmes pédagogiques de l’Université Miami, située à Oxford, en Ohio. Dans le cadre de sa thèse intitulée Digital Technology and Education in the Age of Globalization (« technologie numérique et éducation à l’ère de la mondialisation »), il a exploré les aspects sociaux et culturels de l’intégration des technologies dans la sphère pédagogique, particulièrement en ce qui a trait aux questions de démocratie, d’éducation et de citoyenneté. Plus précisément, il s’est penché sur la compréhension et les pratiques pédagogiques des enseignants en matière d’outils numériques, afin de déterminer dans quelle mesure elles font progresser les valeurs démocratiques ou, au contraire, les entravent. Il a présenté ses travaux lors de colloques d’envergure nationale, notamment devant l’American Education Research Society (AERA) et la Philosophy of Education Society (PES). Dans le cadre de ses travaux actuels, M. Mamlok souhaite aller au-delà de l’analyse critique pour élaborer des pratiques curriculaires à l’intention des enseignants, des parents et des élèves, afin d’aiguiser leur esprit critique et leurs connaissances à l’égard des univers numériques et virtuels.

Chercheur interdisciplinaire, Danny Mamlok s’intéresse à des sujets variés, dont la technologie et l’éducation, les théories socioculturelles, la pédagogie critique, la démocratie et l’éducation, l’éducation esthétique, ainsi que les méthodes de recherche qualitative. Son approche contribuera à guider nos travaux.

Dans ses moments de loisir, M. Mamlok exerce la guitare classique et cultive un vif intérêt pour le jazz et la musique classique.

L’exposition à un contenu en ligne extrémiste pourrait mener à une radicalisation violente

Exposure to Extremist Online Content Could Lead to Violent Radicalization: A Systematic Review of Empirical Evidence est le titre d’un récent article publié dans le International Journal of Developmental Science et écrit par 11 auteurs, parmi lesquels sont deux des cotitulaires de la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents—Ghayda Hassan (auteure principale) et Vivek Venkatesh, directeur de Project Someone.

 

Vous trouverez ici le texte intégral de l’article.

Éditorial: Le terrorisme et l’extrémisme violent au Canada

Il y a quelques mois, nous avons présenté le lien vers un éditorial publié dans le journal Le Devoir et écrit par Vivek Venkatesh, directeur du Project Someone, dans lequel il préconise l’usage des données publiquement accessibles afin de mieux comprendre la menace terroriste et les conséquences qui en découlent pour les Canadiens et les Canadiennes. Voici la version anglaise de l’éditorial :

Public and policy debates presently abound regarding whether the definition of terrorism should be expanded beyond acts that are motivated by political, religious or other ideological frameworks and be inclusive of both state and non-state actors. Closely linked to this discussion is the question of how people perceive which group poses the most imminent terrorist threat to Canadian residents. The federal government has singled out violent extremists, more specifically followers of the so-called Islamic State or Daesh, as the principal terrorist threat facing Canadians. But a closer examination of publicly available evidence puts this in doubt, instead suggesting a threat that lies closer to home.

In 2016 and 2017 reports on the Terrorist Threat to Canada, Public Safety Canada points to Daesh as a terrorist group that needs to be specifically countered. Explicit mention is made – in the 2016 report – of the incidents in October of 2014 within Canada involving two lone-actors – inspired by Daesh – who each killed a member of the Canadian Armed Forces. What is more, data on fatalities, presented in the Global Terrorism Index appears to point the finger at Daesh as being the most imminent threat around the globe. But is this true in the Canadian context? The 2017 report from Public Safety mentions the rise of right-wing extremism and points to the January 2017 mosque attack in Quebec City. How serious is this threat? Let’s drill down on some of the evidence available to us.

The Global Terrorism Index, an annual report published by the Institute for Economics and Peace, details a variety of patterns in terrorist activities across the globe. The 2017 edition places Canada 66th amongst 163 nations, with a rating of 2.96 out of a possible 10. For the purposes of comparison, Iraq is the top ranked country with a rating of 10 whereas the United States of America is 32nd with a rating of 5.43. The Index points out that between 1970 and 2016, countries who are members of the Organisation for Economic Co-operation and Development (excluding Israel and Turkey) have seen more than 9,600 deaths from terrorism. While Daesh is responsible in most recent years for more than 4.7% of these deaths, the Index urges readers to put into perspective that Al’Qaida – who are responsible for 31% of the deaths – are almost exclusively represented by the September 11 attacks. It also highlights how Irish and Basque separatist groups together have historically been responsible for 26% of terrorist-related deaths.

Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

 

Most interestingly, the Index reports that Canada’s rating has been increasing steadily since 2012 when it was at 1.51 but the explanation bears closer scrutiny. This is because the Index also points to the fact that between January 1, 2014 and June 30, 2017, more terrorism-related deaths in Canada resulted from attacks perpetrated by groups or individuals other than Daesh.

Closer scrutiny of the Index left me with a new set of questions:

What (or who) exactly do these casualty figures represent?

Who is committing these attacks in Canada?

How often have these incidents been perpetrated by different types of terrorist organisations?

To answer these questions, I used a second source which employs the same methodology used in the Global Terrorism Index, thereby allowing for cross-referencing. The Canadian Incident Database provides information on Canadian terrorism and violent extremism incidents including assassinations, bombings, hijackings and unarmed assaults. The database relies on the Canadian Criminal Code (1985, section 83.01) and specifies intent, the existence of some level of violence as well as the exclusion of state actors in its definition of terrorism. It is worthwhile noting that for the purposes of the database, terrorism has a more restrictive definition than violent extremism and specific incidents may be coded as both. This database is maintained by the Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society (TSAS), and it draws on information that is publicly available.   

Using the database’s unique interactive classification tools, we are able to note the following: since 2000, 209 incidents resulted in 22 deaths and 104 injuries on Canadian soil. Dramatic numbers, yes. But when classifying these incidents by those committed by individuals or organisations with religious motives, only 13 incidents have yielded 2 deaths and 5 injuries in Canada.

When one classifies these incidents by organisations that identify with supremacist movements, the numbers are significant: 57 separate incidents have yielded 15 fatalities and 55 injuries.

This database doesn’t include incidents from 2016 or 2017 such as the attack perpetrated in a Quebec City mosque in January of 2017 that killed 6 people and wounded another 19. Nor does the database account for the incident in September of 2017 in Edmonton which injured five people.

The data indicates that in Canada between 2000 and 2015, religiously-motivated terrorist and violent extremist incidents (Daesh, Daesh-inspired, Al-Qaida, Al-Shabab or otherwise) have led to 7.5 times fewer fatalities than those propagated by supremacist organisations. When including the Quebec City attacks this factor rises to 10.

This is not the first time significant divergences have been reported between such incidents in North America perpetrated by religiously-motivated organisations or individuals and those that are supremacist in orientation.

In summer 2017, the Center for Investigative Reporting published a report describing how, between 2008 and 2016, right-wing domestic terror incidents were almost double in number (115) compared to Islamist-inspired incidents (63) in the United States. A closer examination of the political, social, cultural, economic and legal conditions across the Canadian and American contexts is most definitely warranted before comparing contextualized data about these incidences.

But for the moment, it’s fair to say that while terrorism poses a threat to the Canadian public, it’s important to emphasise that Daesh or Islamist-inspired ideologies are not necessarily the most imminent threat.

 

Vivek Venkatesh

Renverser les discours haineux du cyberespace en utilisant l’empathie, la résilience et une meilleure compréhension

Le projet SOMEONE c’est :

  • Plus de 44 000 vues sur son site web et ce, depuis sa mise en ligne en 2016.
  • Plus de 12 000 visiteurs uniques en provenance de 136 pays (80% en provenance du Canada, des États-Unis et du Royaume-Uni).
  • Partagé avec plus de 11 300 participant(e)s lors d’événements publics tenus sur 3 continents.
  • 11 projets éducatifs faciles à adapter ainsi qu’une variété d’activités ayant été présentés en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient.

Depuis sa création en 2014, le projet SOMEONE (Social Media EducatioN Everyday) et ses partenaires se sont impliqués dans plusieurs activités locales, nationales et internationales. D’année en année, le projet SOMEONE s’implique dans divers événements et activités tout en élargissant son rayon de participation au Canada comme ailleurs. De 2015 au mois de juillet 2018, les membres du projet SOMEONE se sont impliqués dans 86 activités au pays, dont 64 eurent lieu au Québec alors que 22 furent menés au sein de différentes provinces canadiennes. Cette visibilité a permis au projet SOMEONE de partager avec un auditoire de plus de 4 300 individus à travers le Canada. À ceux-ci s’ajoutent plus de 7 000 individus recensés lors de 25 activités à l’international, celles-ci étant tenues principalement aux États-Unis, en Europe ainsi qu’en Asie. En tout et pour tout, les membres du projet SOMEONE se sont impliqués auprès de plus de 11 300 individus issus de différentes communautés à travers le monde.

En collaborant avec un bon nombre de partenaires comprenant des écoles, des commissions scolaires, des organismes nationaux et internationaux, des ONG, des organismes gouvernementaux, des groupes de droits de la personne et plusieurs Universités, le projet SOMEONE maintient une présence publique active. Conséquemment, il offre aux responsables politiques ainsi qu’aux membres du grand public une expertise orientée vers l’application de différentes stratégies servant le développement d’aptitudes de réflexion éclairées et de pensée critique afin de mieux négocier diverses situations de rencontre avec le discours de haine dans le cyberespace tout comme au quotidien. Au Canada, plus de 3 900 jeunes, éducateurs et éducatrices, des membres d’organisations communautaires et décideurs politiques furent formés par les membres du projet SOMEONE. Ailleurs, c’est un total de plus 1 500 individus qui furent formés à Oslo, Bergen, Stockholm, Helsinki, Copenhague, Bruxelles, Bonn et à travers les États-Unis.

De plus, avec ses 11 projets qui furent développés par des collaborateurs et collaboratrices issus du milieu académique, le projet SOMEONE offre aux établissements scolaires une variété d’activités pédagogique promouvant l’accroissement de compétences nécessaires pour ouvrir un dialogue démocratique. Conscient des diverses réalités propres à chaque communauté, le projet SOMEONE encourage la collaboration afin d’adapter ses projets aux besoins des différents groupes.

Excellentes nouvelles: Recommendation lors des prix Emerald Global Literati

« Second wave true Norwegian black metal: an ideologically evil music scene? », un article de Jason Wallin, Jeff Podoshen et Vivek Venkatesh portant sur la scène black métal norvégienne, a été sélectionné par l’équipe éditoriale comme « fortement recommandé » lors des prix Emerald Global literati de 2018. SVP cliquez ici pour en savoir plus et accéder à l’article.

 

de gauche à droite: Vivek Venkatesh, Jeff Podoshen et Jason Wallin

Photo: David Hall

Pédagogie sociale pour promouvoir des dialogues pluralistes dans les salles de classe: Leçons tirées du projet SOMEONE (webinaire)

Vivek Venkatesh a participé à un webinaire organisé par l’Association pour l’application pédagogique de la technologie informatique au niveau postsecondaire (APOP) dans le but de présenter aux enseignant(e)s et aux professionnel(le)s les ressources disponibles pour les aider à introduire un dialogue inclusif dans leurs classes.

Cliquer ici pour le webinaire (en anglais)

Éditorial: Le terrorisme et l’extrémisme violent au Canada

Dans un éditorial du journal Le Devoir, le directeur de Project Someone, Vivek Venkatesh, appel à faire l’usage des données publiquement accessibles pour mieux comprendre la menace terroriste et ses conséquences sur les Canadiens.

Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne

 

En savoir plus ici

 

 

Paysage de la haine à Festspillene en mai

Vivek Venkatesh, de Project Someone, amène Paysage de la haine en tournée cet été à Festspillene, l’un des festivals norvégiens les plus anciens. L’événement débutera le 24 mai avec des ateliers de deux jours sur l’éducation aux médias et l’éducation artistique et culminera le 26 avec un concert. Autres membres de Project Someone qui participent à cet événement sont Jason Wallin, Sandra Chang-Kredl et Martin Lalonde.

Lire la suite ici.

En savoir plus sur les prochaines représentations de Paysage de la haine.